signature

rouge et noir
Attentats-suicides : violence et religion

Recherche sur olivierabel.fr :

 

Ce site est en voie de reconstruction

Ceci n'est pas un blog, mais...

Liens vers d'autres sites

Textes programmatiques

 

Olivier Abel

Présentation

Curriculum Vitae

Bibliographie chronologique

Programme de recherche 2011

 

Affiche de la Nuit de l'éthiqueNuit de l'éthique
Leçons de ténèbres et d'espérance

Olivier Abel

2 - 3 avril 2010 à l'Oratoire du Louvre
Olivier Abel est professeur de Philosophie à la Faculté de Théologie Protestante de Paris

Voir l'introduction à cet événement

Les vidéos et quelques uns des textes de ces 28 interventions
seront progressivement mis en ligne les jours prochains

Première veille: Courage

Deuxième veille: Proches

Troisième veille: Cohabiter

Quatrième veille: Justice

Cinquième veille: Cultures

Sixième veille : Mondes

Septième veille : Espérance

ornement

invitation au voyage de la nuit

La nuit, on prend la vie comme on prendrait un train à destination lointaine. On dort déjà à moitié, et les lumières débrayent : chacune suit son rythme propre, chacune suit son idée. Couchés sur le dos, nous voyons défiler non pas une réalité déjà cadrée mais son énigmatique projection : des stries de clarté apparaissent et disparaissent à différentes vitesses, spectres surgis d’on ne sait quelle fente du présent, et qui figurent cependant le rythme même du monde. Puis-je risquer une brève philosophie? Le monde n’est rien d’autre que cet intervalle entre divers points de vue, un espace d'apparition où nous puissions comparaître pour différer ensemble, avant de céder la place les uns aux autres, et disparaître. C’est l’idée d’Henri Foucault dans son photogramme Sosein, dont on ne sait s’il figure une chute des corps ou leur relève : pour ne pas être figé dans la lamentation comme la femme de Loth qui regarda en arrière et « devint une colonne de sel »  (Gn 19.26), il s’agit de montrer seulement la lumineuse empreinte du passage de chacun. Or cette trace est celle d’un éblouissement. Toute apparition d'une existence, si fugace soit-elle, à la face du monde, est déjà un grâce. Une lumière dans les ténèbres suffit à autoriser les éphémères parutions que nous sommes, et par lesquelles, à notre tour, nous formons théâtre pour les suivants. C’est elle qui autorise notre fugacité, notre évanescence.

C’est que nous vivons des temps sombres. Le cauchemar des guerres du XXème siècle nous a expulsés de notre passé, nous sommes épouvantés par l’incessante augmentation de la misère du monde, et nous n’osons bouger de peur d’accélérer les catastrophes à venir. Comble de ténèbres, les décombres des promesses sont plus lourdes à déblayer que celles des pierres : y a-t-il malheur plus grand qu’un bonheur qui sombre ? Y a-t-il obscurité plus grande qu’une lumière qui s’éteint ? Quel est ce monde où les lumières s’éteignent à notre approche, où que nous dirigions nos pas ? Quel est ce monde où la lumière ne peut plus répondre à l’obscurité, mais seulement lui poser des questions ? Comment ne pas nous retirer du monde dans d’impossibles bonheurs solitaires, ou dans la chaude et fraternelle obscurité du malheur même ? Il nous faudrait redéployer ensemble le monde autrement. Un monde où chacun pourrait tour à tour s’avancer vers le milieu du cercle, s’essayer, interpréter qui il est, et dont chacun pourrait se retirer sans regret, comme heureux de s’effacer. Un monde qui mêlerait jusqu’à l’insu d’eux-mêmes amis et ennemis, jeunes et anciens, femmes et hommes, enfants et animaux.

La « nuit de l'éthique » est l’approfondissement d'une éthique pour temps sombre, pour ne pas nous laisser croire que nous sommes plongés dans une période d'absence des valeurs ou d'effondrement des repères. Au contraire le monde ordinaire en mobilise presque trop, qu'il faudrait d'abord apprendre à déchiffrer, à mettre en ordre, à interpréter. Comme pour accoutumer nos regards et nos jugements à voir de la morale là où spontanément nous n'en voyons pas. Discerner le courage, la fidélité, la justice, l'urbanité, le pardon, là où de prime abord on ne les voit pas, c'est ce à quoi la « nuit » voudrait encourager. Mais cela suppose une espérance, une confiance, un horizon sur lequel les lumières puissent être projetées. Comme le dit le Prologue de l’Evangile de Jean, si rien ne reçoit la lumière, elle peut bien briller dans les ténèbres, nul ne le saura. Pour que la lumière soit, il faut qu’elle soit reçue. Et la voici entre nos mains intimidées.

ornement

 

Olivier Abel
(merci de demander l'autorisation avant de reproduire cet article)

 


Olivier Abel
Faculté de Théologie Protestante de Paris
secrétariat : 83 boulevard Arago 75014 Paris - France, téléphone : 01 43 31 61 64 (international : +331 43 31 61 64)

Webmaster : Marc Pernot