signature

rouge et noir
Attentats-suicides : violence et religion

Recherche sur olivierabel.fr :

 

Ce site est en voie de reconstruction

Ceci n'est pas un blog, mais...

Liens vers d'autres sites

Textes programmatiques

 

Olivier Abel

Présentation

Curriculum Vitae

Bibliographie chronologique

Programme de recherche 2011

 

couverture du livre 'Éthique et changement climatique' par Olivier AbelPublications

Faut-il juger et punir
les malades mentaux criminels ?

 

Faut-il juger et punir les malades mentaux criminels ?
Thierry JEAN (ed)
Co-Auteurs : Olivier ABEL - Marcel CZERMAK - Michel DUBEC - Pierre HAIK - Georges LANTERI-LAURA - Henri LECLERC - Charles MELMAN - Guy PARIENTE - Jean PERIN - Maurice PEYROT - Jean pierre RUMEN - Denis SALAS - Remi TEVISSEN - Jean-jacques TYSZLER - Daniel ZAGURY -
©2009 Dossiers du JFP -Les collection dirigée par Thierry Jean ISBN : 978-2-7492-1094-0 EAN : 9782749210940 10.5 x 21 - 176 pages

 

Présentation

Devant la raréfaction des non-lieux psychiatriques et l'augmentation de la population psychiatrique en milieu carcéral, le JFP publiait en 2001 un numéro intitulé « Faut-il juger et punir les malades mentaux criminels ? ». Depuis, la situation n'a fait qu'empirer. Au délabrement continu du dispositif de soins psychiatriques s'est ajoutée l'amplification du virage sécuritaire signant une rupture essentielle dans la tradition du droit qui, de manière intangible, prônait l'irresponsabilité pénale du fou. A la dégradation constante de la doctrine psychiatrique se sont associés les fantasmes hygiénistes ambiants. Cette évolution qui fait du « fou » non plus un sujet à soigner, mais un être asocial à punir et dont il faut se préserver des nuisances, correspond sans aucun doute à une profonde mutation de nos mœurs. Gonflée par quelques faits divers surexposés médiatiquement, la dangerosité semble être devenue le seul critère de « soin ». Malgré les statistiques qui montrent qu'un mari jaloux est quarante fois plus dangereux qu'un schizophrène et que celui-ci est plutôt la première victime des violences sociales, tout malade mental se trouve de fait assimilé à un assassin en puissance. La réédition sous forme d'ouvrage de ce numéro du JFP, épuisé, s'est imposée : le débat n'a malheureusement rien perdu de son actualité et reste un document de référence, chaque auteur ayant pris soin d'enrichir son texte au regard des événements récents.

Dans cet ouvrage collectif :
"Une responsabilité vulnérable" par Olivier Abel, pages 75-88

 

ornement