signature

rouge et noir
Attentats-suicides : violence et religion

Recherche sur olivierabel.fr :

 

Ce site est en voie de reconstruction

Ceci n'est pas un blog, mais...

Liens vers d'autres sites

Textes programmatiques

 

Olivier Abel

Présentation

Curriculum Vitae

Bibliographie chronologique

Programme de recherche 2011

 

couverture du livre 'Paul Ricœur, la pensée en dialogue' avec Olivier AbelPublications

Paul Ricœur, la pensée en dialogue

 

Paul Ricœur, la pensée en dialogue
Sous la direction de Jérôme Porée et Gilbert Vincent. Avec d'Olivier Abel "L’adolescence du consentement : Le cœur battant, Le chemin du consentement, Le chemin de l’adolescence"
Presses Universitaires de Rennes - Philosophica - 2010

 

Quatrième de couverture :

Quel philosophe pourrait affirmer, sans risquer d’être aussitôt contredit « mon travail est une sorte de grande conversation avec ceux qui pensent autrement que moi » ? Cette affirmation pourtant, sous la plume de Paul Ricoeur, ne surprend guère ; elle rejoint sa conviction, maintes fois exprimée, que l’autre est le plus court chemin entre soi et soi. Cette conviction était aussi pour lui une règle de méthode. Aussi aura-t-il été pour ses élèves et ses lecteurs bien plus qu’un maître. Qu’est-ce qu’un maître qui en nomme cent autres qui le valent et dont il s’efforce seulement d’accorder les voix discordantes ?

Leçon éthique – mais autant leçon politique : dans le texte, peu connu, placé en tête de cet ouvrage, elle entraîne le rejet d’une conception paresseuse de la tolérance et le refus d’un consensus qui purgerait tous les différends. Le dialogue, certes, est le contraire de la violence, mais il n’est pas le contraire du conflit. Il entend non supprimer les désaccords mais régler ceux qui peuvent l’être. Il y a, de ce point de vue, des « désaccords raisonnables » : des conflits productifs. L’erreur serait de leur opposer la compétence muette de l’expert ou la rationalité supérieure de la science et de la technique.

L’élargissement progressif du champ du dialogue apparaît alors comme une tâche non seulement pour la pensée mais encore pour l’action et pour la vie. Tâche infinie ? C’est ce qu’implique la notion de « médiation imparfaite », qui accompagne comme son ombre la réflexion de Ricoeur depuis ses premiers travaux sur la philosophie de l’existence jusqu’à ses contributions à la philosophie politique et la philosophie du droit, en passant par sa longue exploration de notre condition historique et langagière. Nul doute qu’elle ne marque, dans ces trois sphères, les limites du dialogue. Mais ces limites mêmes sont une invitation à en renouveler continuellement les formes et à en redessiner inlassablement les perspectives.

ornement

 


Olivier Abel
Faculté de Théologie Protestante de Paris
secrétariat : 83 boulevard Arago 75014 Paris - France, téléphone : 01 43 31 61 64 (international : +331 43 31 61 64)

Webmaster : Marc Pernot