signature

rouge et noir
Attentats-suicides : violence et religion

Recherche sur olivierabel.fr :

 

Ce site est en voie de reconstruction

Ceci n'est pas un blog, mais...

Liens vers d'autres sites

Textes programmatiques

 

Olivier Abel

Présentation

Curriculum Vitae

Bibliographie chronologique

Programme de recherche 2011

 

couverture du livre 'Vivant jusqu'à la mort' préfacé par Olivier AbelPublications

Vivant jusqu'à la mort

 

Vivant jusqu'à la mort
Fragments

Par Paul Ricoeur, préface de Olivier Abel
Seuil , Paris collection La couleur des idées, mars 2007

 

Résumé

Derniers écrits de P. Ricoeur qui constituent une méditation sur le mourir, sur le moribond et son rapport à la mort, sur l'après-vie. Il passe pour ce faire par deux médiations : des textes de survivants de la Shoah (Semprun, Levi, Antelme) et une confrontation avec un livre de X. Léon-Dufour sur la résurrection. Avec également une série de textes écrits en 2004-2005, notamment sur Derrida.

Quatrième de couverture

Dans cette très belle méditation, un philosophe se débat avec l'espérance de survivre, tout en se trouvant dans l'impossibilité intellectuelle et spirituelle d'acquiescer à toute vision naïve d'un autre monde qui serait le monde en double, ou la copie, de ce monde-ci. Il faut faire le deuil de toute image, de toute représentation.

C'est en 1996 que Paul Ricoeur, âgé de 83 ans, pose la question : «Que puis-je dire de ma mort ?» Comment «faire le deuil d'un vouloir-exister après la mort» ? Cette longue réflexion sur le mourir, sur le moribond et son rapport à la mort, également sur l'après-vie (la résurrection), passe par deux médiations : des textes de survivants des camps (Semprun, Levi) et une confrontation avec un livre du grand exégète Xavier Léon-Dufour sur la résurrection.

La seconde partie du livre est faite de textes écrits en 2004 et 2005, que le philosophe a lui-même appelés «fragments» (sur le «temps de l'oeuvre» et le «temps de la vie», sur le hasard d'être né chrétien, sur l'imputation d'être un philosophe chrétien, sur la controverse, sur Derrida, sur le Notre Père...). Textes courts, rédigés parfois d'une main tremblante, alors qu'il est déjà très fatigué. Le dernier, de Pâques 2005, a été écrit un mois avant sa mort.

 

ornement