signature

rouge et noir
Attentats-suicides : violence et religion

Recherche sur olivierabel.fr :

 

Ce site est en voie de reconstruction

Ceci n'est pas un blog, mais...

Liens vers d'autres sites

Textes programmatiques

 

Olivier Abel

Présentation

Curriculum Vitae

Bibliographie chronologique

Programme de recherche 2011

 

L'effacement du pardon

---

Éloge de la méduse

Au milieu de toutes nos crises et émotions, est-il permis de traiter d’une chose vraiment sérieuse ? J’ai nommé la méduse, qui semble proliférer de façon inquiétante. La méduse est un sujet épouvantable. On raconte en Australie, parmi tant d’autres, l’histoire de cette petite fille sortie précipitamment de la mer et tombée morte presque aussitôt, sans avoir rien pu dire. La plupart des quatre mille espèces de ces invertébrés gélatineux et apparemment si nonchalants ont de longues tentacules urticantes, parfois mortelles, et toutes sont extrêmement carnivores. Certaines ont des ombelles de deux mètres, et des filaments de trente mètres de long. Et la pêche ayant réduit leurs rares prédateurs, tortues et thons, leurs colonies s’attaquent à tous les petits poissons, déstabilisant l’ensemble du milieu marin. Enfin le réchauffement climatique favorise leur multiplication dans toutes les mers du monde. C’est donc vraiment un sujet sérieux.

La méduse est d’ailleurs un vieux sujet d’épouvante. Dans la Grèce antique, la méduse Gorgone prenait immédiatement la vie de tout ce qui voyait sa face. Voir son regard invisible, c’était se trouver comme happé par l’image de la mort. C’était l’Autre non comme hôte, mais comme horreur, comme chaos, comme inhumain absolu. Un être peut-il avoir l’inquéitante transparence du non-être ? Non que la Gorgone n’ait pas eu de visage, au contraire elle n’était qu’un visage, un masque sans corps, une tête d’où sifflent d’horribles serpents, un cri si aigu qu’inaudible, capable de tuer avant même qu’on ait entendu son atroce plainte. Les Grecs anciens y voyaient la confusion hideuse du masculin et du féminin, du sexe et de la bouche, de dehors et du dedans. Et ils n’avaient pas tout à fait tort, car les méduses se reproduisent de façon asexuée, mais pour partie seulement, et ce sont des organismes qui ont une bouche, mais pas d’anus ! Quand elles ont partiellement digéré leurs malheureuses proies, elles vomissent les restes.

Sans évoquer la mémoire enfouie des six cents millions d’années pendant lesquelles leurs ancêtres ont gobé les nôtres, on comprend dans ces conditions que cet « animal » soit pour les humains d’une si abominable altérité que nous ne puissions un instant envisager de traiter ce problème global tout simplement … en le mangeant. Erreur cependant ! Depuis des milliers d’années les Chinois, Coréens et autres extrêmes asiatiques salent les méduses et les font sécher au soleil, jusqu’à en faire de petites galettes dorées et croustillantes — découpées ensuite en lanières, rapidement blanchies à l’eau bouillante, rincées, puis dessalées quelques heures, égouttées et servies avec diverses sauces, elles sont alors délicieuses et aussi prisées que les huîtres, le caviar ou les foie gras chez nous. J’ai d’ailleurs appris que les Grecs aussi savent la cuisiner, et me voici à la recherche de recettes de tous les rivages du monde, et jusqu’ici reléguées dans le silence par le conformisme du dégoût. Kant ne disait-il pas que la faim est le meilleur des cuisiniers ?

Est-il excessif de voir publié un jour un beau livre de ces recettes, agrémentées des aventures hideuses de la Gorgone, mais aussi de quelques appétissantes photos de ces êtres aux formes, mœurs et couleurs surprenantes, et qui semblent surgis d’une imagination étrange et somptueuse ? Est-il excessif d’espérer qu’une nouvelle gastronomie se développe, à l’échelle planétaire ? Peut-être pas la méduse au pot tous les dimanches, mais pourquoi pas tous les vendredis, en signe de solidarité planétaire ? Sans compter que les méduses sont nutritionnellement parfaites, puisqu’en dehors de leurs protéines, elles sont composées à 95% d’eau. J’ai osé suggérer cela à l’une de mes cousines, responsable de l’approvisionnement maritime des surgelés Picard, mais elle a accueilli mon enthousiasme avec une prudente distance. Oui, je reconnais que les méduses sont envahissantes. Mais les humains également. Et il faudra bien un jour en venir à cette question élémentaire de la vie : qui mange l’autre ?

Paru dans La Croix, le 28/11/08

 

Olivier Abel
(merci de demander l'autorisation avant de reproduire cet article)

ornement

Salade de Méduse Coréenne

Ingrédients

  • 500 gr de méduse conservée dans le sel ou non (parfois en Corée, elles sont vendues fraîches)
  • vinaigre
  • 1 concombre (au frigo)
  • surimis (au frigo)

Pour la sauce :

  • 2 cuillérées à café de jus d’orange
  • 4 cuillerées à café de vinaigre (moins s’il est fort), éventuellement un peu de balsamique.
  • 2 cuillérées à café de sucre
  • 0,5 cuillérées à café de sauce soja
  • sel
  • 1 cuillérée à café de moutarde
  • un tout petit peu d’huile de sésame
  • 1 cuillérées à soupe d’ail pressé (ou coupé hyper petit)

Préparation :

1) Si les méduses sont conservées dans le sel, enlever le sel, rincer les méduses plusieurs fois à l’eau.

2) Les mettre à tremper dans de l’eau froide avec une cuillérée à soupe de vinaigre. Au bout d’une une heure et demi vérifier si ce n’est plus trop salé.

3) Dans la passoire, mettre les méduses dessalée. Mettre de l’eau à bouillir et en arroser les méduses qui sont dans la passoire. Attention, ne pas plonger les méduses dans l’eau bouillante, ou trop verser d’eau bouillante dessus sinon leur goût et leur texture sont peu agréables.

4) Bien rincer à l’eau froide et égoutter.

5) laver le concombre, le couper en tronçons de 4 centimètres. Avec le couteau, dégager la peau avec 5 millimètres de chair à peu près, on obtient une plaque carrée de concombre de la taille des surimis. Découper ces plaques de concombre en bûchettes de 5 mm x 5mm et 4 cm de long. Les réserver au frigo dans un film (cela peut être fait à l’avance pendant que les méduses trempent). Bien garder la fraîcheur des concombres et des surimis, le tout devant être servi bien froid.

6) Dérouler les surimis et détacher des lambeaux de surimi. Les réserver comme on a réservé les bûchettes de concombre

7) Mélanger les ingrédients de la sauce, goûter et rectifier la sauce pour avoir le degré d’acidité ou de sucre qui vous convient.

8) Juste avant de servir, mélanger les morceaux de méduse, de concombres et de surimis, arroser avec la sauce, et décorer comme vous voulez.

Soo Hyun Pernot
(merci de demander l'autorisation avant de reproduire cet article)

ornement

 

 


Olivier Abel
Faculté de Théologie Protestante de Paris
secrétariat : 83 boulevard Arago 75014 Paris - France, téléphone : 01 43 31 61 64 (international : +331 43 31 61 64)

Webmaster : Marc Pernot